Communauté de communes du Canton d'Oulchy-le-Château
  
Communauté de Communes du Canton d'Oulchy le Château
> Accueil > Oulchy le Château > Communes > Communauté de communes > Oulchy le Château
OULCHY LE CHATEAU
Cliquer pour Zoomer
Cliquer pour Zoomer
Cliquer pour Zoomer
Cliquer pour Zoomer
Cliquer pour Zoomer
Les Ulchéens Population : 853
Maire : Jean Pierre BRIOUX
Horaires de permanences de la Mairie : tous les jours 9h30-12h
Tel de la Mairie : 03 23 55 21 35
Fax de la Mairie : 03 23 55 86 32
Nom de la secrétaire : Mme Séjourné / Mme Maillet

Historique de la Commune :
Après la conquête romaine, l'importance du bourg d'Oulchy-le-château devint évidente. Plusieurs voies importantes passent à proximité : le chemin du sacre de Reims à Paris s'est édifié sur une voie ancienne, commencée vers 20 avant JC, sous Agrippa : la voie romaine dite « Chaussée Brunehaut », qui court de Soissons à Château-Thierry (au 18ème siècle on y découvrit des grains de colliers et des fibules d'origine gallo-romaine). Oulchy est alors la capitale de l'Orxois, on y bat d'ailleurs monnaie : les sous d'Oulchy, solidos Ulcheii. Dans la région, on a trouvé de nombreux objets de l'époque gauloise et gallo-romaine, notamment au lieu dit GRIGNY, sur la voie romaine de Troyes à Saint-Quentin, à 4 kilomètres au nord d'OULCHY. GRIGNY est une ancienne cité romaine disparue.
Les temps historiques d'Oulchy commencent. Objets, documents nous permettent de suivre pas à pas l'évolution de la cité. Les comtes de Troyes et de Meaux possèdent Oulchy en 987 à l'avènement des Capétiens. Thibault Ier, Comte de Champagne, construit le premier château d'Oulchy, dont il ne reste rien.
Au XIe siècle trois seigneurs régnaient sur le territoire de la châtellenerie d'Oulchy :
- celui du château : le Vicomte d'Oulchy
- celui du donjon qui, avec garnison assurait la sécurité intérieure et extérieure.
- Le seigneur de la grande maison (fief indépendant). Il prit parfois le titre de Seigneur d'Oulchy Dans l'enceinte fortifiée du château, le Comte de Champagne fit édifier dès 1076 l'église (début de l'édifice actuel). Cette construction succéda très probablement à un premier édifice dont il n'y a plus aucune trace. La construction de l'église se poursuivit au XIIe siècle qui vit s'élever le chour, le transept, le clocher, puis se succédèrent les restaurations, les agrandissements par la multitude des guerres et des révoltes. L'église est un monument de style roman remarquable par les corbeilles des chapiteaux archaïques de ses piliers et par quelques pièces : les stalles avec les miséricordes ; l'encorbellement de la chaire qui vient de Saint-Jean-des-Vignes, une viergo paritura (la vierge qui va engendrer), une vierge à l'enfant en provenance de l'église de Cugny.
Au 12ème siècle les habitants d'Oulchy étaient serfs de l'église de ce lieu. En 1177, le prieur obtint pour eux d'Henri, comte palatin de Troyes, certaines franchises qui les plaçaient exclusivement sous sa juridiction, réglaient en partie la justice et les exemptaient de plusieurs redevances féodales onéreuses.
En 1311, ils obtinrent encore du roi, par l'entremise du roi de Navarre, comte palatin de Champagne et de Brie, l'établissement à Oulchy d'une foire franche de quatre jours, à partir du jour de l'Assomption. Il y avait anciennement à Oulchy un chapitre d'hommes qui fut donné, en 1122 par le Comte Thibault, à l'abbaye de Saint Jean des Vignes de Soissons, pour en remplacer les chanoines par des moines de cette maison. Ce prieuré fut réduit à un simple prieuré-cure sous Charles VIII. Les prieurs étaient seigneurs temporels de Beugneux. Les templiers fondèrent un établissement à Oulchy en 1177. Dès le 13ème siècle Oulchy possédait un Hôpital qui fut changé en Hotel-Dieu en 1501 par les habitants et à leur frais, en 1780, on y comptait six lits. Il était dirigé par des sours de Genlis, dont l'une tenait en outre une école gratuite pour les filles pauvres de l'endroit. On y voyait aussi jadis une maladrerie qui fut réunie à l'Hôtel d'Oulchy A 7 ou 8 pieds de profondeur ont été retrouvés des squelettes humains accompagnés de petits pots en terre cuite, munis d'un couvercle et percés de 5 à 6 trous sur les cotés, et renfermant des cendres et des charbons. Les guerres et les pillages ont alterné avec des périodes de paix, de développement, d'expansion. Oulchy et son château pris et repris par les Bourguignons et les Armagnacs au 15ème siècle, furent autant de fois pillés et brûlés par les deux partis. Jeanne d'Arc y fit une entrée, qu'un tableau moderne de l'église a commémorée. Oulchy connut également la révolte des menus, la Jacquerie, les guerres de religion, les guerres féodales, les frondes, les famines du XIVe (1315, 1317, 1351.), les épidémies (peste noire de 1348, 1350, 1361,.) la grande peste au cours de laquelle s'illustra Pierre Petit chirurgien d'Oulchy.
En 1415 Oulchy était déjà plongé dans la guerre de 100 ans.
En 1431 alors que Jeanne d'Arc brûlait sur son bûcher à Rouen, Oulchy était totalement détruite. La ruine du château commencée en ces temps fut consommée sous Louis XII, qui permit aux habitants de rebâtir leur église avec les matériaux provenant du château. Le château ne fut pas reconstruit, seul subsistèrent quelques remparts et une partie d'une tour de pierre. Oulchy s'étendit à proximité de sa motte, desservie par deux routes dont la voie Chehère dite Route du Sacre, aujourd'hui totalement abandonnée. La route reliant Soissons à Château-Thierry ne desservait pas Oulchy. Cette route n'apparut qu'au XVIIIe siècle sur les cartes de l'historien du Roi Louis XV (1742). Les guerres continuèrent sous la République, le Consulat, le Directoire, l'Empire. Un monument, celui érigé par le « souvenir napoléonien » en mémoire du fait d'armes du Capitaine Parquin nous rappelle l'engagement d'Oulchy lors de la campagne de France en 1814. La guerre reprit en 1870 et 1914. Pendant la première guerre Oulchy vit sans cesse passer les troupes montant au front ou venant se reposer avant de repartir. Oulchy subit les bombardements. L'église et le prieuré furent gravement endommagés. En 1935 sur la Butte Chalmont le président Lebrun inaugura le monument des « Fantômes » rappelant le sacrifice de milliers de combattants.

Le nom de notre cité évolua également
avec le temps. On relève : Ulciacius en 1081, Uliacium, Ulceian castellium ou ulcheium castrum en 1139, Ulceius en 1228, Ouchie, Auchy le chastel, Ochy le châtel en 1444, Oulchy-le-châtel en 1789, Oulchy la montagne en 1793 (pour répondre aux impératifs révolutionnaires le mot châtel qui rappelle l'ancien régime est remplacé par montagne)

Curiosités :
Les célébrités d'Oulchy
Attila Parmi les personnages les plus célèbres qui sont nés, ont résidé, ont traversé, ou ont rendu visite à Oulchy, le plus ancien et le plus connu est certainement Attila. Après avoir saccagé Metz un 26 mars, veille de Pâques (d'après Grégoire de Tours), il se dirigea vers Soissons. Saint Edibius, évêque de Soissons, évita le saccage de sa ville. Attila se déplaça alors vers Château-Thierry, par Ulchéum (Oulchy) et Cungiacum (Cugny-les-crouttes). Arnould A la fin du 11ème siècle le château d'oulchy fut le théâtre d'un événement singulier. Le roi nomma sur le siège épiscopal de Soissons, vacant, un évêque, portant ainsi atteinte aux droits du clergé auquel il appartenait d'élire l'évêque. Ce qui fut fait en la personne d'Arnould. Devant l'impossibilité d'entrer dans sa ville et pour éviter une guerre civile, Arnould renonça et se réfugia au château d'Oulchy où Thibault 1er son ami, lui offrit un généreux asile. Il y fixa résidence et y exerça sous la protection de ce puissant seigneur ses fonctions épiscopales tandis que l'évêque nommé par le roi les exerçait à Soissons. Arnould qui avait, prétend-on, accompli deux prodiges pendant son séjour à Oulchy, quitta sa résidence d'Oulchy pour une mission en Flandre sur ordre du Pape. Ayant rempli cette mission avec succès, il vint reprendre ses fonctions à Oulchy et là, épuisé de chagrin, il finit par se démettre de ses fonctions pour rentrer dans sa paisible cellule de St Médard avant de repartir en Flandre mourir dans un monastère qu'il avait fondé en 1087. Ainsi, par Arnould, Oulchy devint ville épiscopale. Gaultier d'Oulchy, abbé de Longpont
Dès 1131, 12 moines s'étaient installés à Longpont dans des bâtiments provisoires. Gaultier d'oulchy en fut l'abbé en 1201, avbant la construction de la grande abbaye cistercienne dont nous connaissons les vestiges. La Fontaine Le fabuliste avait épousé Marie Héricart. Ils étaient propriétaires de la ferme de l'hospice. Il vendit ce bine avec l'accord de sa femme le 27 août 1653 à Demazures François, conseiller du roi, lieutennat général, enquêteur examinateur des baillages et chatellerie d'Oulchy de 1640 à 1687. Racine A. de Vertus nous rapporte : « Ayant contracté des dettes pour achever ses études, le jeune racine ne vit pas d'autres moyens pour les payer que de se faire clerc et d'obtenir un bénéfice. Il ne réussit pas chez son oncle où il se préparait à recevoir la tonsure et demadna alors Oulchy. Mais pour avoir oulchy il fallait porter l'habit blanc des religieus de St jean des Vignes, ce qui déplaisait au jeune homme. » Oulchy le château est enfin la patrie de Gautier d'Oulchy, abbé de Longpont en 1201

Bibliothèque :
au foyer rural, 3 rue Albert Belet
le mercredi de 14h30 à 16h prêt gratuit de livres en tous genres pour petits et grands enfants et adultes